Retour

Entretenir sa toiture

Fuite et infiltrationvotre toiture est-elle à l’abri ?

Les éléments se déchaînent sur le toit : à l’occasion d’une fuite de toiture ou d’infiltration dans la toiture, comment réagir et que faire ?

Publié le 02/04/2015

Le toit un rempart contre les éléments : l’eau, le soleil, la neige et le vent

Le toit est une armure. Le toit est un bouclier. Le toit est une carapace. À l’ombre de sa force tranquille, la maison vit et dort. Le toit est là. Paré pour l’aventure. Il a hissé haut ses couleurs et en rangs serrés va assurer jour après jour la défense de la maison contre les éléments naturels. Le toit ne doit rien au hasard.

Fuite toiture : le toit et l’eau

Le toit est un parapluie. Il reçoit l’eau. Il la canalise et l’évacue au plus loin possible de la maison. Hors du toit. Loin des murs. L’eau doit glisser comme sur les écailles d’un poisson. D’ailleurs, certaines tuiles ont adopté ce style en écaille. Rien ne doit entraver l’écoulement vers les chenaux. Ni mousse, ni lichen, ni débris végétaux.

Assurer le bon écoulement de l’eau, sans infiltration sous la toiture, pour que l’humidité ne puisse s’installer : telle est la vocation de la toiture. Tous les modèles et les innovations des tuiles s’y emploient. La démarche est ancienne.

Le losange présent sur les tuiles dites losangées par exemple est un détail saillant qui divise le flux pluvieux et favorise l’écoulement.
La tuile losangée c’est plus qu’un attribut esthétique, c’est une fonction technique, comme la tuile de recouvrement, ou les mitrons et pignons.

La pente du toit joue un rôle capital dans l’écoulement de l’

Agrandir

On n’arrête pas l’eau, on la dévie.
Fort de cette réalité physique élémentaire, les anciens ont naturellement versé dans la pente.
La pente du toit joue un rôle capital. Dans les régions à la pluviométrie orgueilleuse, les toits répondent fièrement de toute leur hauteur.
Ils montent la garde, durcissent la pente et s’arment de petites tuiles plates, rangs serrés à large recouvrement. La toiture devient cuirasse.
Là où la pluie se fait rare, les toitures se dessinent en pente douce. Elles s’affranchissent même des gouttières. Leur préférant la gourmandise des Génoises.
Dans le sud de la France, on admire les variations presque infinies sur le thème de la tuile canal.

L’eau qui tombe du ciel est une richesse. Que chacun peut collecter à condition d’en conserver la pureté. Lors de sa course, l’eau se charge d’infimes particules relarguées par matériaux avec lesquels elle est en contact, c’est la lixivation. La terre cuite est neutre, au contact de la tuile l’eau reste pure. La terre cuite est le seul matériau adapté à la récupération des eaux pluviales en toiture.

Le toit et les assauts du soleil

La maison et ses habitants ont besoin de se mettre à l’abri des excès de température. La terre cuite n’en a cure. Cuite à plus de 1000°, le soleil peut darder ses rayons les plus ardents au fil des heures. Rien ne bouge ni ne bougera. La puissance de la terre fait barrage à la brûlure du soleil.

La terre cuite encaisse sans effort la charge solaire. Elle retient l’excès et offre une fidèle barrière naturelle. Le toit fait écran. Désormais, la terre cuite conjugue habilement ses talents avec celui des tuiles solaires pour capter la charge et la transformer en énergie au bénéfice de la maison.

Quand on parle du toit, on dit aussi couverture. Synonyme d’armure ou de carapaçon. Fidèle défenseur de la maison contre tous les éléments : Pluie, soleil, mais aussi vent et neige.

La terre cuite pèse de tout son poids contre les intempéries. Lourde. Immobile. Impassible. Puissante. Inaltérable.

À lire également

Consultez d’autres selections de fiches en lien avec le thème cet article

Précédent

Suivant

A propos d’IMERYS Toiture

IMERYS Toiture propose une offre unique en constante amélioration à même de répondre à tous souhaits esthétiques et exigences de qualité. Et ce dans une perspective de construction durable et de respect de l’harmonie de nos paysages.

En savoir plus